Actes autorisés et tolérés pendant le jeûne

 
Actes autorisés :
*Se frotter les dents avec l’Arak (bâton) sec.
*De se rafraîchir avec de l’eau froide quand il fait chaud soit en se baignant ou en s’aspergeant.
*Se rincer la bouche à cause du froit ou de la chaleur (à condition de ne pas avaler l’eau bien sûr). Pour les ablutions se rincer la bouche et faire Istinshâq du nez restent des sunna à faire même en journée de Ramadan. Néanmoins ne pas exagérer l’istinshâq (aspiration) du nez (dans l’ablution) en cas de jeûne : le Prophète (paix et salut sur lui) dit (concernant l’ablution): « Aspire très fort l’eau par le nez sauf quand tu es en état de jeûne » Rapporté par Ahmad et At-tirmidhî et réputé bon (Hasan).
*De voyager pendant le mois de Ramadan dans un but exempt de péché.
*La fumée du bois (al-hatab) ou l’odeur de la nourriture qu’on peut sentir n’ont pas d’incidence sur le jeûne. أن مجرد شم الطعام لا بأس به في الصيام ، إلا أنه لا يستنشق الأبخرة المتصاعدة منه
 
Actes tolérés :
*Le vomissement involontaire à condition qu’une fois arrivé à la bouche de n’en rien retourner à l’estomac (gorge).
*D’avaler involontairement quelque chose (d’inévitable) comme un insecte ou une mouche par exemple. إذا دخل حلق الصائم غبار أو ذباب أو دخان بنفسه، بلا صنعه، ولو كان الصائم ذاكراً لصومه، لم يفطر إجماعاً، لعدم قدرته على الامتناع عنه، ولا يمكن الاحتراز منه.
*De subir l’effet de la poussière de la rue, des usines, de la fumée des combustibles et de toutes vapeurs inévitables.
*La Hijâma (ventouse,saignée) n’invalide pas le jeûne bien que cela soit détestable pour le jeûneur (si cela risque d’affaiblir le jeûneur): (Idem pour les prises de sang). En effet dans le hadîth sahîh de ‘Ikrima, Ibn ‘Abbâs rapporte que le Prophète (paix et salut sur lui) a pratiqué la Hijâma (ventouse) alors qu’il jeûnait. L’Imam Mâlik déteste la Hijâma pour le jeûneur mais il dit qu’elle ne rend pas le jeûne invalide. Bidâyat al-Mujtahid d’Ibn Rushd Tome I page 432. L’imâm Mâlik dit dans le Muwattaa : Chapitre X : de celui qui à l’état de jeûne pratique une saignée : « On ne désapprouve le fait de faire une saignée au jeûneur que par crainte qu’il ne s’affaiblisse ; et à part telle cause, elle n’est pas à refuser( à détester)…Celui qui pratique la saignée et ne rompt pas son jeûne (par le fait de manger ou boire à cause de la faiblesse physique engendrée) jusqu’au soir : son jeûne est valide, il n’a pas à rattraper… »
 
Notez bien: Avaler sa propre salive, les sécrétions de son nez, de sa gorge ou de ses poumons, ne rompt pas le jeûne. La sécrétion du sperme, en cas de sommeil ou si elle ne s’accompagne d’aucune sensation de plaisir– comme si elle constitue un phénomène pathologique – n’a aucune incidence sur la validité du jeûne.Le jeûne reste donc valide. La pollution nocturne (janâba layliyya aw mina an-nawm) n’invalide pas le jeûne même si le lavage est retardé au matin. Le fait de rester en état d’impureté majeure(survenu la nuit ou en sommeil le jour), n’invalide pas le jeûne: L’imâm Ash-hab (une des référence de l’école malikite) dit à ce propos: « les savants sont unanimes que le jeûne du Junub est valide, c’est comme celui qui jeûne sans faire d’ablution, même s’il reste toute la journée en état d’impureté majeure (sans se laver) son jeûne n’est pas rompu » fin de citation, ref. Ad-dur Ath-thamîn page 376. Evidemment, qu’il ne faut pas rester en état d’impureté majeure et qu’il faut se laver pour pouvoir effectuer chaque prière en son temps que cela soit au Ramadan ou en dehors car la prière est l’épine dorsale de notre religion. Mais cela n’a pas d’impact sur la validité du jeûne, bien entendu cela a un impact sur les mérites…Comme on peut dire que le péché de la parole (médisance, calomnie…) par exemple n’invalide pas le jeûne mais diminue largement de son mérite. (Notez que c’est un grand péché (Kabîra) de sortir une prière de son temps sans excuse valide, comme indiqué dans le chapitre concerné)
 
Il faut éviter le mauvais comportement (colère, mauvaises paroles, mensonges…) au Ramadan comme en dehors: Néanmoins, les péchés de la langue, de l’oui…ne rendent pas le jeûne invalide (chez la majorité des théologiens : chez les quatre écoles) mais ils impactent sur le mérite et la récompense tirés du jeûne : Abû Hurayra (que Dieu l’agrée) rapporte que le prophète (paix et salut sur lui) a dit : « Celui qui ne laisse pas le mensonge, sa mise en pratique, Allah n’a pas besoin qu’il laisse sa nourriture et sa boisson. » Al-Bukhârî 3/31127.
 
Tagués avec : ,