Le détestable (makrûh)

 

« Celui qui l’évite est récompensé, et celui qui le fait n’est pas sanctionné. »

Exemples

  • Le fait de rentrer dans la mosquée et de s’assoir sans faire la prière sunna de « Tahiyyat Al-masjid » (2 Rak’at).
  • Le fait de lire le Coran pendant la prosternation (sujûd) ou pendant l’inclinaison dans la prière (rukû‘un).
  • La prière surérogatoire dans les temps suivants:
    • Depuis l’aube jusqu’à un peu avant le lever du soleil (sauf la Raghîba du Fajr, on la fera avant d’accomplir la prière Subh et pas après, si on la rate on la fera le jour avant le zénith (az-zawâl), la prière du Witr manquée peut se rattraper avant de prier Subh) Pour le Sujûd at-tilâwa et la prière sur le mort, il est détestable de les faire après Al-isfâr (la première clarté) et il est autorisé de les faire avant cela.
    • Après que le soleil soit complètement levé jusqu’à l’écoulement de 3 quarts d’heure environ (quand le soleil s’est levé dans le ciel d’environ une fléche).
    • Après avoir prier le ‘Asr jusqu’à un peu avant le coucher du soleil Pour le Sujûd at-tilâwa et la prière sur le mort, il est possible de les faire avant la pâleur du soleil et il est détestable après (jusqu’à ce que la prière du Maghreb soit accomplie).
    • Après que le soleil soit complètement couché jusqu’à l’accomplissement da la prière du Maghreb.
    • Avant la prière de la fête ou après (dans le Musallâ : terrain vague où se déroule cette prière)