L’eau pure et purifiante

 « L’eau qui doit être utilisée pour la purification rituelle (Wudu, Ghusl, nettoyage des souillures…) est l’eau pure et purifiante ».

L’eau naturelle, celle du ciel et de la terre : pluie, mer, rivières, source, puits, eau des neiges ainsi que l’eau du robinet : est considérée comme pure et purifante.

La règle générale est que : l’odeur, le goût et la couleur de l’eau ne doivent pas être altérés : Si les matières pures ou les minéraux dissous dans l’eau font partie de sa constitution comme sa terre ou comme le chlore (utilisé pour le traitement de l’eau) ou le calcaire, cette eau est considérée pure et purifiante et est bonne pour la purification rituelle (ablution, ghusl et autres).

Si la matière dans l’eau altère son odeur, sa couleur ou son goût et n’est pas parmi les matières qui la constitue ou qui se forme dans l’eau en générale, cette eau n’est pas valide pour la purification rituelle (même si elle est pure, elle n’est pas purifiante au sens rituel) : exemple : l’eau savonnée (mélangée au savon : on peut l’utiliser dans nos tâches ordinaires non rituelles (‘âdât) comme laver le linge ou la vaisselle ou le sol mais on ne peut pas faire avec de purification rituelle telle que l’ablution mineure ou majeure ou le nettoyage des souillures).

L’eau souillée (najis) (altérée par une souillure) n’est ni pure ni purifiante elle ne doit pas être utilisée ni pour la purification rituelle ni même pour nos tâches de lavages ordinaires non rituelles (‘âdât).

En résumé, le principe est que toute eau est pure et purifiante à moins que :

  • Un corps pur (étranger) s’y mêle en altérant l’une ou plusieurs de ses propriétés initiales (goût, odeur ou couleur) [1]. L’eau, bien que pure, n’est plus purifiante et perd sa qualité de source de purification rituelle.
  • Une impureté s’y mêle en altérant l’une ou plusieurs de ses propriétés initiales (goût, odeur ou couleur). L’eau devient ainsi impure.

NOTEZ BIEN: l’eau des mers et des océans (bien que salée) est une eau pure et purifiante par Hadîth du Prophète (paix et salut sur lui).

Notes de bas page:
[1]Exception est faite pour l’eau qui a été altérée par la terre qui la contient. C’est le cas des eaux des terrains salins ou bourbeux et autres du même genre : comme les eaux sulfureuses, celle qui contiennent du gypse, de l’alun, de la chaux, même si on a mis ces produits intentionnellement pour le traitement de l’eau.

Tagués avec : , ,